Le « Journal des Cinq ». La rubrique des filles dans le vent ?

Début janvier 1967, une nouvelle rubrique enrichit les pages des journaux pour petites filles Nade et Lisette : « Le Journal des Cinq ». Les rédactions des deux hebdomadaires ont fusionné en 1964 et se sont installés dans les locaux de La Maison de la Bonne Presse, future Bayard Presse et alors détentrice de Bernadette, qui devient alors Nade. Du fait de ce montage original, les deux journaux offrent à présent des contenus très similaires, malgré la ligne éditoriale jusque-là très spécifique de chacun. A l’origine destinée aux jeunes filles de milieu rural et diffusée via les patronages, la revue Nade se modernise et abandonne une partie de son contenu consacré au catéchisme et à la foi chrétienne à la faveur de sa fusion avec Lisette (1921-1974).

Continuer la lecture de « Le « Journal des Cinq ». La rubrique des filles dans le vent ? »

« Croyez-vous, chère Marraine, que je puisse me corriger ? »

Le courrier des lecteurs est une rubrique particulièrement attrayante dans les périodiques pour enfants, dont elle constitue un élément incontournable depuis plus d’un siècle : un bimensuel comme Astrapi pouvait ainsi recevoir jusqu’à 700 courriers par mois au début des années 2000 [Penloup, 2001]. Pourtant, il reste peu étudié par les sciences humaines et sociales, à l’exception du courrier de la presse du cœur [Rauch, 2008 ; Blandin, 2017], voire pornographique [Damian-Gaillard, 2012], et du courrier de la presse généraliste ou locale [Hubé, 2008 ; Doury, 2010]. Les lettres d’enfants sont donc les grandes oubliées des études sur les périodiques, alors même qu’elles sont le fruit de pratiques extrascolaires dont la connaissance est précieuse pour les sciences de l’éducation [Penloup, 2001].

Continuer la lecture de « « Croyez-vous, chère Marraine, que je puisse me corriger ? » »

Lisette, journal des petites filles

Lisette, sous-titré journal des petites filles, est l’hebdomadaire pour fillettes édité par la société du « Petit Echo de la Mode », éditrice du journal éponyme. Fondée par Charles Huon de Penanster, qui lance Le Petit Echo de la mode en 1880, la maison d’édition assoit une solide réputation sur le succès de son premier né, destiné à un lectorat de femmes au foyer, autour d’une idéologie proche du catholicisme social. C’est l’insertion en 1893 d’un patron gratuit dans l’hebdomadaire qui propulse ses ventes, avec un tirage à 300 000 exemplaires dès 1900. Forte de ce succès, la société du Petit Echo de la Mode lance plusieurs périodiques pour enfants, et notamment un pour les petites filles, dans l’optique de mettre en place ce que l’on appellera plus tard une politique de chaînage avec leur hebdomadaire pour femmes adultes. C’est ainsi que le premier numéro de Lisette, journal des petites filles, paraît le 17 juillet 1921, avant son petit frère Pierrot, journal des garçons (1925-1957). Proposant de nombreuses fictions illustrées et des rubriques de formation au futur rôle de mère des fillettes, Lisette connaît un grand succès, et atteint avant guerre des tirages de 200000 exemplaires hebdomadaires.

Continuer la lecture de « Lisette, journal des petites filles »