Collecte – Racontez-moi les objets de votre enfance

Nade, 19 février 1967

Vous êtes une femme née entre 1940 et 1965 et ayant grandi en France ?

Dans le cadre de ma thèse en histoire sociale sur l’enfance des petites filles (1945-1975), je cherche des témoignages de femmes sur les objets importants de leur enfance. Jouets fétiches (poupée, ours en peluche, etc.), objets collectionnés (timbres, cartes postales, coquillages, buvards, etc.), livres, illustrés et magazines, fournitures scolaires, vêtements et déguisements préférés, jouets enviés mais non possédés, objets d’adultes, jouets empruntés aux frères et sœurs ou aux ami(e)s, ou disponibles chez d’autres membres de votre famille… Ecrivez-moi quelques lignes (ou quelques pages !) à propos de ou des objets qui ont marqué votre enfance, à l’adresse mail collecte_objets@outlook.com.

Si vous disposez de photographies (avec ou sans vous) de votre enfance représentant lesdits objets, n’hésitez pas à m’en joindre une reproduction à votre mail. Si vous avez gardé ces objets et en disposez encore, merci dans la mesure du possible de m’envoyer leur photographie. Sentez-vous libre de me joindre les documents que vous jugerez utiles, ou de m’envoyer seulement un texte : toutes les contributions m’intéressent, sans souci de forme. 

Toutes vos contributions seront anonymisées dans le cadre de ma thèse : votre identité ne figurera pas dans mon travail, pas plus qu’aucune information permettant de vous reconnaître. Je vous remercie d’avance des quelques éléments de contexte que vous pourrez me fournir quant à votre enfance – si vous habitiez en ville ou à la campagne, la taille de votre fratrie, la profession de vos parents, si vous disposiez de votre propre chambre ou si vous la partagiez…

Merci d’avance de votre précieuse contribution, et de diffuser cette annonce si vous pensez qu’elle peut intéresser votre entourage !

Le “Journal des Cinq”. La rubrique des filles dans le vent ?

Début janvier 1967, une nouvelle rubrique enrichit les pages des journaux pour petites filles Nade et Lisette : « Le Journal des Cinq ». Les rédactions des deux hebdomadaires ont fusionné en 1964 et se sont installés dans les locaux de La Maison de la Bonne Presse, future Bayard Presse et alors détentrice de Bernadette, qui devient alors Nade. Du fait de ce montage original, les deux journaux offrent à présent des contenus très similaires, malgré la ligne éditoriale jusque-là très spécifique de chacun. A l’origine destinée aux jeunes filles de milieu rural et diffusée via les patronages, la revue Nade se modernise et abandonne une partie de son contenu consacré au catéchisme et à la foi chrétienne à la faveur de sa fusion avec Lisette (1921-1974).

Continuer la lecture de « Le “Journal des Cinq”. La rubrique des filles dans le vent ? »

Entretien dans Chroniques, le magazine de la BnF

Extrait de l’article “Béatrice Guillier, lauréate d’une bourse
d’excellence de la BnF”, Chroniques n°90, janvier-mars 2021. Droits réservés.

J’ai eu le plaisir d’accorder un entretien à Chroniques, le magazine de la BnF, dans lequel j’évoque le statut de chercheuse associée à la BnF, mes recherches en cours et mon corpus de périodiques sur lequel je travaille actuellement au Centre national de la littérature pour la jeunesse.

“Croyez-vous, chère Marraine, que je puisse me corriger ?”

Le courrier des lecteurs est une rubrique particulièrement attrayante dans les périodiques pour enfants, dont elle constitue un élément incontournable depuis plus d’un siècle : un bimensuel comme Astrapi pouvait ainsi recevoir jusqu’à 700 courriers par mois au début des années 2000 [Penloup, 2001]. Pourtant, il reste peu étudié par les sciences humaines et sociales, à l’exception du courrier de la presse du cœur [Rauch, 2008 ; Blandin, 2017], voire pornographique [Damian-Gaillard, 2012], et du courrier de la presse généraliste ou locale [Hubé, 2008 ; Doury, 2010]. Les lettres d’enfants sont donc les grandes oubliées des études sur les périodiques, alors même qu’elles sont le fruit de pratiques extrascolaires dont la connaissance est précieuse pour les sciences de l’éducation [Penloup, 2001].

Continuer la lecture de « “Croyez-vous, chère Marraine, que je puisse me corriger ?” »

Nous les garçons et vous les filles : ce que la mixité fait aux hebdomadaires pour fillettes.

Geneviève V., jeune lectrice de Lisette, journal des petites filles, s’inquiète dans le courrier des lectrices du 29 janvier 1969 de la présence de garçons dans sa classe nouvellement mixte. En réponse, Marraine lui intime d’être “un peu plus courageuse moralement et physiquement”,  et lui assure que “[sa] confiance les amènera peu à peu à se… civiliser“. 

Continuer la lecture de « Nous les garçons et vous les filles : ce que la mixité fait aux hebdomadaires pour fillettes. »

De Fillette à Fillette-Jeune Fille

Le premier numéro de l’hebdomadaire Fillette paraît le 21 octobre 1909. Il sort des presses des frères Offenstadt, issus d’une famille d’immigrants juifs allemands à Paris, qui ont fondé leur maison d’édition en 1899. Avant de publier leur premier périodique pour petites filles, ils s’essaient à la publication de revues et de romans comiques, à l’humour potache, parfois grivois et teintés d’anarchisme. Participant à la vague de création de nouveaux journaux enfantins du début du XXe siècle, liée à la baisse des coûts de revient dans l’imprimerie, la société Offenstadt Frères publie d’abord L’Illustré en 1904, puis l’Epatant en 1908.

Continuer la lecture de « De Fillette à Fillette-Jeune Fille »

Lisette, journal des petites filles

Lisette, sous-titré journal des petites filles, est l’hebdomadaire pour fillettes édité par la société du “Petit Echo de la Mode”, éditrice du journal éponyme. Fondée par Charles Huon de Penanster, qui lance Le Petit Echo de la mode en 1880, la maison d’édition assoit une solide réputation sur le succès de son premier né, destiné à un lectorat de femmes au foyer, autour d’une idéologie proche du catholicisme social. C’est l’insertion en 1893 d’un patron gratuit dans l’hebdomadaire qui propulse ses ventes, avec un tirage à 300 000 exemplaires dès 1900. Forte de ce succès, la société du Petit Echo de la Mode lance plusieurs périodiques pour enfants, et notamment un pour les petites filles, dans l’optique de mettre en place ce que l’on appellera plus tard une politique de chaînage avec leur hebdomadaire pour femmes adultes. C’est ainsi que le premier numéro de Lisette, journal des petites filles, paraît le 17 juillet 1921, avant son petit frère Pierrot, journal des garçons (1925-1957). Proposant de nombreuses fictions illustrées et des rubriques de formation au futur rôle de mère des fillettes, Lisette connaît un grand succès, et atteint avant guerre des tirages de 200000 exemplaires hebdomadaires.

Continuer la lecture de « Lisette, journal des petites filles »

[Actualités] Conférence “Lisette, Suzette, Fillette et les autres. Grandir avec les périodiques pour petites filles du XXe siècle” à la BnF.

Le vendredi 28 février, j’ai eu le plaisir d’intervenir à la BnF dans le cadre des conférences du Centre national de la littérature pour la jeunesse.
Le podcast de mon intervention est à présent disponible en ligne.

Cette conférence fait écho à mon article “Le dur métier de fillette. Illustrés féminins, stéréotypes de genre et mixité” paru dans le numéro 310 de La Revue des livres pour enfants.

Pour une version plus synthétique de mes recherches du moment, vous pouvez également retrouver mon interview en podcast dans l’émission “Ecoute ! Il y a un éléphant dans le jardin” du 11 mars 2020 sur Aligre FM.