Nous les garçons et vous les filles : ce que la mixité fait aux hebdomadaires pour fillettes.

Geneviève V., jeune lectrice de Lisette, journal des petites filles, s’inquiète dans le courrier des lectrices du 29 janvier 1969 de la présence de garçons dans sa classe nouvellement mixte. En réponse, Marraine lui intime d’être « un peu plus courageuse moralement et physiquement »,  et lui assure que « [sa] confiance les amènera peu à peu à se… civiliser« . 

La bonne conseillère conclut : « à mon avis, l’école mixte a un grand avantage : elle aguerrit les filles et adoucit les garçons« . Marraine confirme ainsi son statut de chantre de la mixité scolaire, position qu’elle affirme progressivement depuis quelques années dans les pages de l’hebdomadaire, que ce soit dans les éditoriaux s’enthousiasmant des vertus de la découverte de l’altérité ou dans le courrier exaltant la camaraderie filles/garçons. Comme ses consœurs des autres journaux pour petites filles de l’époque, Marraine se fait le relais d’un propos qui présente de fortes similitudes avec les discours institutionnels de l’époque :

La crise de croissance de l’enseignement secondaire […] nous projette dans une expérience [la mixité] que nous ne conduisons pas au nom des principes, d’ailleurs passionnément discutés, mais pour servir les familles au lieu le plus proche de leur domicile ou dans les meilleures conditions pédagogiques .

Circulaire du 3 juillet 1957 sur le fonctionnement des établissements mixtes

L’inexorable généralisation de la mixité scolaire

De fait, s’il y a bien eu une série de débats dans l’espace public sur la mixité à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, notamment à la faveur d’une réflexion sur les nouvelles pédagogies, sa généralisation après la Seconde Guerre mondiale se fait sans tambours ni trompettes. La coéducation s’impose en effet progressivement, pour des raisons matérielles et économiques que ne viennent entériner que dans un second temps des arguments théoriques pour justifier l’inexorable. En effet, la mixité scolaire est déjà une réalité dans de nombreuses zones rurales pour l’enseignement primaire, et est encouragée pour limiter la fermeture d’écoles pour manque d’effectifs dans un contexte d’exode rural. Même les écoles privées catholiques, pourtant rétives sur le principe, finissent par s’y résoudre pour des raisons similaires.

Le passage à la mixité scolaire se fait ainsi par étapes, jusqu’aux décrets d’application de la loi Haby en 1975, qui entérine sa généralisation à l’ensemble de l’enseignement français. Les raisons d’accueillir à bras ouverts cette réforme ne manquent pas. La nécessité de s’adapter à un nouveau contexte socio-économique en fait partie ; admettre que la plus grande partie de la vie des femmes va se dérouler en mixité, notamment dans le monde du travail, justifie au nom du réalisme le passage à une coéducation garçons/filles1. Par ailleurs, les arguments pro-mixité relèvent souvent d’une vision naturalisante des compétences féminines et masculines. Comme il est régulièrement souligné dans les pages des périodiques pour fillettes, les attributs des un(e)s et des autres ont vocation à se compenser : l’esprit de compétition et la brutalité masculines devraient ainsi contrebalancer la timidité et la mesquinerie féminines. Les inquiétudes principales soulevées par la mixité scolaire résident davantage dans les risques d’une promiscuité favorisant le flirt que dans les conséquences pédagogiques de cette réforme.

Peu discutée en dehors des milieux pédagogiques, la mixité entraîne pourtant une mutation profonde des représentations en un laps de temps finalement très réduit. Les périodiques pour petites filles participent de ce changement, de façon d’autant plus frappante qu’il s’agissait de médias caractérisés par un certain conformisme et un lien très ténu à l’actualité. Ils sont pourtant, pour des raisons commerciales, forcés de trouver des stratégies prenant en compte les évolutions socio-économiques récentes, notamment un goût nouveau pour une « culture jeune » caractérisée par l’attachement au vedettariat et la consommation de produits culturels spécifiquement marketés pour cette nouvelle tranche d’âge, l’adolescence.

Les journaux face à la mixité

« Nous savons combien vos mamans et vous-mêmes êtes attachées à votre journal. Aussi serez-vous désappointées en apprenant qu’il va cesser de paraître, la préférence des jeunes filles d’aujourd’hui allant de de plus en plus aux grands magazines s’adressant à la fois aux filles et aux garçons ».

La Semaine de Suzette, 25 août 1960

La Semaine de Suzette est la première à mettre la clé sous la porte, non sans avoir témoigné pendant ses dernières années d’existence d’une volonté d’ouvrir la porte aux garçons. En 1958, Jean-Loup, une figure fictionnelle à la plume acérée, fait irruption dans les pages du journal , avec sa rubrique hebdomadaire « Allo, allo, ici Jean-Loup ». Rédigée à la première personne et vraisemblablement à but humoristique, elle est l’occasion pour le jeune garçon de déverser ses griefs envers les filles, dans lesquels on peut identifier de nombreux stéréotypes de genre. Dans le numéro du 6 mars 1958, Jean-Loup concède que « les filles ne sont pas bêtes de leur naturel« , mais qu’elles « roucoul[ent] leurs petites âneries » et « prennent des airs de grande dame qui donnent envie de leur taper dessus« . La rubrique en profite pour réaffirmer par la même occasion les stéréotypes masculins : « nous, les garçons, on ne va pas chercher midi à la quatorze heures [….]. Les copains, on les bourre de coups de poings en les traitant de tous les noms« . Sur le ton de la caricature, une tribune est ainsi donnée à des propos qui participent d’une caractérisation des garçons par leur violence verbale et physique, à l’instar des discours pro-mixité qui confient à l’école la lourde tâcher de « civiliser » la gent masculine.

Un procédé similaire se retrouve chez Fillette – Jeune Fille, avec l’arrivée en fanfare dans les pages du journal d’un Aimé O. poursuivant une relation épistolaire fictive avec le journal au fil des mois, avec des lettres dans lesquelles il se plaint des filles, et particulièrement de sa sœur et de ses cousines. Le journal publie également hebdomadairement une planche de Paul et Mic, une bande dessinée dessinée par Manolo Tonzone, sans intrigue et sans décor, dans laquelle un garçon et une fille débattent chaque semaine autour de sujets aussi variés que la lecture, l’école ou les vêtements. Leur position respective est uniquement liée à leur genre, comme le soulignent les nombreux « vous les filles » et « nous les garçons » qui viennent figer le débat.

A travers Aimé O. et Jean-Loup, les hebdomadaires normalisent la parole masculine, sous sa forme la plus agressive, mais encouragent également les lectrices à leur répondre par courrier, afin de susciter un débat qui rappelle beaucoup les échanges interminables de Paul et Mic. Ces derniers sont érigés en figures de la mixité par Fillette – Jeune Fille, à tel point qu’à la disparition du journal en 1964, celui-ci sera remplacé par une tentative de journal mixte mensuel pour les plus âgés intitulé Paul et Mic (cf. ce billet consacré à l’histoire de Fillette).

Un espace de parole est également ouvert aux lecteurs, puisqu’à la fin des années 1960 on trouve une lettre de garçons par semaine dans le courrier des lectrices de Lisette. L’hebdomadaire invite même des garçons à composer le comité de rédaction de son numéro du 26 février 1969. Ceux-ci dédient une page à ce qu’ils n’apprécient pas chez leurs petites camarades : « Nous n’aimons pas les filles petites et grosses qui portent des pantalons, des bermudas, des mini-jupes. Elles se ridiculisent« , décrètent ainsi les garçonnets.

Les journaux pour petites filles sont ainsi une source précieuse pour analyser cette période de généralisation de la mixité scolaire, et observer le traitement dont cette dernière bénéficie dans les médias. Entre ode à la coéducation et mise en récit de débats garçons/filles fondés sur une vision différencialiste, les hebdomadaires accompagnent cette transition qui provoque peu de heurts dans le débat public mais bouleverse le quotidien de cohortes d’enfants. Ils laissent ainsi entrapercevoir le renforcement des stéréotypes que la mixité scolaire, advenue pour des raisons économiques et avec peu de vision pédagogique, a parfois pu contribuer à renforcer2.

Bibliographie

Chaponnière, Corinne, et Martine Chaponnière. La mixité: des hommes et des femmes. Gollion (Suisse): Infolio, 2006.
Sohn, Anne-Marie. Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960. Paris: Fayard, 2012.
Duru-Bellat, Marie. L’école des filles: quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris: L’Harmattan, 2017.
Mosconi, Nicole. « Effets et limites de la mixité scolaire ». Travail, genre et sociétés N° 11, no 1 (2004): 165. https://doi.org/10.3917/tgs.011.0165.
Verneuil, Yves. « Les débats sur la mixité des élèves dans l’enseignement privé catholique à la fin des années 1960 ». Histoire de l’éducation, no 137 (20 octobre 2013): 57‑91. https://doi.org/10.4000/histoire-education.2609.

  1. A noter que les Trente Glorieuses ont en réalité vu une baisse importante du taux d’emploi féminin, qui atteint son seuil le plus bas au début des années 1960 []
  2. La relativisation des bienfaits de la mixité a été instiguée par un certain nombre de féministes, dont Marie Duru-Bellat, et fera l’objet d’un prochain billet []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.