Le « Journal des Cinq ». La rubrique des filles dans le vent ?

Début janvier 1967, une nouvelle rubrique enrichit les pages des journaux pour petites filles Nade et Lisette : « Le Journal des Cinq ». Les rédactions des deux hebdomadaires ont fusionné en 1964 et se sont installés dans les locaux de La Maison de la Bonne Presse, future Bayard Presse et alors détentrice de Bernadette, qui devient alors Nade. Du fait de ce montage original, les deux journaux offrent à présent des contenus très similaires, malgré la ligne éditoriale jusque-là très spécifique de chacun. A l’origine destinée aux jeunes filles de milieu rural et diffusée via les patronages, la revue Nade se modernise et abandonne une partie de son contenu consacré au catéchisme et à la foi chrétienne à la faveur de sa fusion avec Lisette (1921-1974).

« Le Journal des Cinq » s’inscrit dans les stratégies de survie de ces illustrés pour petites filles, dont la popularité commence à baisser dès la fin des années 1950. Après la disparition de La Semaine de Suzette, qui met la clé sous la porte en 1960, les journaux tentent une série de changements de maquettes et de rubriques, d’autant plus remarquable qu’il s’agissait de publications qui avaient connu jusqu’alors une grande stabilité à cet égard. Parmi ces nouveautés proposées aux lectrices en fin de période figure la rubrique du Journal des Cinq, qui perdure jusqu’à la disparition totale du journal en 1974, et malgré les deux changements de titre que celui-ci connaît – devenant successivement Lisette Télé-Jeune et Lisette et Caroline. Chaque semaine, une des cinq filles dessinées par Catherine Cambier propose aux petites lectrices un dossier de deux à quatre pages à visée distractive et informative sur leur propre domaine de prédilection. Elles sont ainsi uniquement désignées et définies par leurs activités extra-scolaires : Emmanuelle est la grande sportive, Dorothée l’amie des bêtes et des plantes, Caroline est passionnée de travaux manuels, Bénédicte cuisine et fait les courses et Dominique s’occupe des bébés, qu’il s’agisse de son petit frère ou de son filleul. Jusqu’alors, Lisette et Nade n’avaient proposé que des rubriques tenues et animées par une figure fictive, deux au maximum : Tante Biscuit, Tante Conseil, Marie-Plaisir et Jean-Bonheur… Pour la première fois, une rubrique fait le pari d’imaginer non pas une mais cinq animatrices, de l’âge de leurs lectrices.

Lisette, 6 juin 1971

Du fait de ce dispositif original, le « Journal des Cinq » est une rubrique intéressante pour comprendre les mutations dans les discours éditoriaux des journaux dans la période de bouleversements socio-économiques que constituent les Trente Glorieuses. Au cours de mes recherches, j’ai pu constater qu’elle participait à une dynamique générale des illustrés pour petites filles de l’époque, qui, après avoir proposé pendant des décennies un modèle unique de féminité, diversifient leurs représentations, dans une optique de modernisation de leur discours.

Les occupations mises en avant par la rubrique témoignent notamment d’un changement du statut des travaux manuels, et notamment des ouvrages d’aiguille. Jusque dans les années 1950-1960, ces derniers étaient au centre de l’apprentissage des petites filles, tant à l’école avec l’enseignement ménager qu’à la maison où ils s’inscrivaient dans le cadre d’une incontournable transmission intergénérationnelle. Avec leur sortie progressive du cadre scolaire et à partir de la seconde moitié des années 1960, le tricot, la couture ou la broderie passent davantage dans le champ en construction des loisirs créatifs, en phase avec la valorisation nouvelle du Do It Yourself dans les années 1970, et leur emploi par des artistes contemporains. Ce qui était ainsi un travail commun à toutes les fillettes devient ainsi un loisir parmi d’autres. Dans le Journal des Cinq, seule Caroline tricote et propose des modèles à reproduire régulièrement : elle est identifiée comme la bricoleuse du groupe. Dominique s’essaie également à la couture, pour habiller son petit frère ou son filleul. Mais les autres fillettes ne sont pas soumises au même apprentissage. Les quelques modèles de tricot proposés par les Cinq sont davantage détaillés que ceux présentés deux décennies auparavant, et plus simples : les compétences en travaux d’aiguille des petites filles ne sont plus considérées comme acquises par les rédacteurs des illustrés. Les techniques individuelles qui caractérisaient et définissaient les fillettes sont de moins en moins pratiquées et transmises. A mesure que la maison se dote d’équipements plus perfectionnés technologiquement, dont les vertus sont vantées dans les pages du Journal des Cinq, on assiste à un appauvrissement des tâches domestiques, selon une corrélation analysée par Marie-Noëlle Chamoux1.

Lisette, 25 février 1968

De même, les filles effectuent chaque semaine des tâches présentées sous un jour plaisant, grâce au ton enjoué de la rubrique et au charme des personnages tout en aplats colorés de Catherine Cambier. Pour autant, les activités pratiquées par les cinq filles chacune de leur côté s’inscrivent dans la continuité de celles auxquelles étaient exhortées à se livrer les générations précédentes : le soin de son corps et de son intérieur, qui passe par l’activité physique (Emmanuelle), la planification ménagère (Bénédicte) et la décoration de sa chambre (Caroline) ; les missions relevant du soin, avec des représentations de petites filles assumant des tâches parentales de caregivers vis-à-vis de leurs cadets (Dominique). La rubrique présente ainsi une atomisation de l’identité de la fillette parfaite jusqu’alors représentée dans les illustrés pour petites filles : ces dernières se voient proposer plusieurs trajectoires, définies par des occupations différentes de leur temps libre. La Lisette du début du XXe siècle se voyait suggérer sèchement par Marraine de dédier son jeudi, jour de congé de la semaine, à la surveillance de ses cadets ou au tricot pour les bonnes œuvres. C’est à présent de bon cœur que la Dominique du Journal des Cinq s’affaire auprès de son petit frère Jérôme, traversant tout sourire des décors domestiques étrangement dépourvus de figures parentales. 

Le Journal des Cinq participe de la diffusion de nouvelles représentations de la petite fille à la fin des années 1960. D’un modèle univoque de petite fille modèle, façonnée par des savoirs techniques transmis de mère en fille, les derniers illustrés proposent à présent une multiplicité trompeuse d’identités féminines. En brouillant les frontières entre travail et loisir, le contenu de cette rubrique permet d’interroger des enjeux temporels qui émergent avec acuité du fait de la massification et de la diversification de l’emploi féminin2. Alors que la mixité se généralise dans tout l’enseignement français, le Journal des Cinq réaffirme et naturalise des compétences réputées comme féminines, qui sont à présent des savoir-être sans connaissances techniques complexes associées. Les Cinq sont toutes empathiques, dédiant leur temps à prendre soin de leur entourage livré à lui-même ; elles organisent leur quotidien à la minute à l’aide d’emplois du temps, de montres et de calendriers ; Bénédicte sait quel type de viande acheter pour le dîner du soir selon l’âge et le sexe de chacun des membres de la famille, et Emmanuelle vante les mérites d’une série d’exercices de gymnastique simples et excellents pour perdre quelques kilos. Ce sont les compétences liées à la consommation qui constituent à présent le cœur de l’apprentissage des petites filles, à présent plongées dans ce temps nouveau que Luce Giard qualifie de « gris, vide, homogène, le temps de l’ennui sans effort et sans joie »3.

Lisette, 15 octobre 1972
Ce qui reste de la famille archaïque,
je crois que ce sont mes aiguilles.
Avant on tissait, maintenant ils tissent dehors.
Avant on faisait nos vêtements, maintenant ils les font dehors.
Avant on faisait nos balais, maintenant ils font les aspirateurs dehors.
Avant on faisait notre pain, maintenant ils le font dehors.
Avant... maintenant...
Alors maintenant moi, j'aspire la poussière avec l'aspirateur,
je coupe ma viande avec le couteau électrique,
je monte mes œufs avec le batteur électrique.
J'achète ma petite usine personnelle, en allant travailler dehors,
dans une plus grande usine pour y être payée.
Mais les aiguilles restent.
Je tiens à mes aiguilles
on aura du mal à me les arracher.
Je veux parler à partir de mon héritage de femme,
il me pèse et je ne peux le renier sans me renier moi-même.
Faire des choses presque impossibles avec mes aiguilles,
tricoter du fil de fer avec elles,
transformer le masculin en féminin,
porter ce qui est à l'intérieur à l'extérieur,
grossir pour dehors, ce qui est presque invisible dedans.
Montrer un travail de femme qui explose,
fait craquer le passé, rugir le présent, libère l'avenir.
Tricoter un pull immettable,
des pailles de fer inutilisables,
des sacs de ménagères importables.
Tordre du laiton, chercher.
Rendre souple ce qui est rigide,
rendre fort ce qui est souple,
chercher, sans oublier.

Raymonde Arcier, juillet 1976. 
  1. Chamoux, Marie-Noëlle. « La transmission des savoir-faire : Un objet pour l’ethnologie des techniques ? » Techniques & culture, no 54‑55 (30 juin 2010): 139‑61. https://doi.org/10.4000/tc.4995. []
  2. On retrouve ces interrogations dans les grandes luttes féministes militantes des années 1980 autour de l’articulation travail domestique/travail salarié []
  3. Luce Giard, « Chapitre X : Arts de nourrir », dans Michel de Certeau, Luce Giard, Pierre Mayol (dir.), L’invention du quotidien, T2 ; Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, 1994 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.