« Croyez-vous, chère Marraine, que je puisse me corriger ? »

Le courrier des lecteurs est une rubrique particulièrement attrayante dans les périodiques pour enfants, dont elle constitue un élément incontournable depuis plus d’un siècle : un bimensuel comme Astrapi pouvait ainsi recevoir jusqu’à 700 courriers par mois au début des années 2000 [Penloup, 2001]. Pourtant, il reste peu étudié par les sciences humaines et sociales, à l’exception du courrier de la presse du cœur [Rauch, 2008 ; Blandin, 2017], voire pornographique [Damian-Gaillard, 2012], et du courrier de la presse généraliste ou locale [Hubé, 2008 ; Doury, 2010]. Les lettres d’enfants sont donc les grandes oubliées des études sur les périodiques, alors même qu’elles sont le fruit de pratiques extrascolaires dont la connaissance est précieuse pour les sciences de l’éducation [Penloup, 2001].

Les courriers de jeunes lecteurs et lectrices sont une interface particulièrement importante de la vie du journal, qui permet à la rédaction non seulement d’établir un lien privilégié avec leurs épistolaires, mais également de créer une communauté. C’est en effet une des forces de l’illustré de pouvoir instaurer un rapport de proximité avec une multitude d’enfants et en interagissant avec eux via de nombreuses rubriques qui les sollicitent constamment. Parmi elles, le courrier des lecteurs est le plus susceptible d’engendrer une complicité entre des jeunes garçons et filles, en leur donnant à lire des objets traditionnellement cachés et intimes, des lettres. En témoignant dans une rubrique récurrente de la relation épistolaire qui existe entre le journal et certains de ses lecteurs et lectrices, le journal invite à se joindre à une communauté ainsi dépeinte comme bienveillante, attentive et à l’écoute. Etudier le courrier des lecteurs d’un journal enfantin apparaît ainsi comme une manière de mieux connaître la politique éditoriale d’un périodique, le lien qu’il souhaite mettre en place avec son lectorat, nécessairement différent de celui instauré dans la presse du cœur ou généraliste. C’est aussi analyser l’un des ressorts qui pourrait expliquer le succès de la presse illustrée jusque tard dans le XXe siècle, en permettant un rapport plus affectif que la radio et la télévision alors en pleine expansion, puisque les enfants lisaient encore 2 à 3 illustrés par semaine en 1977 [Fourment, 1987]

Je vais dans ce billet tenter de rendre compte des questions spécifiques soulevées par mon corpus, à travers notamment l’exploitation de 1600 courriers de l’hebdomadaire Lisette, journal des petites filles, publiés dans le journal entre 1946 et 1970. Ces courriers sont issus d’un échantillonnage à raison d’un numéro par mois, le journal publiant entre 6 et 10 courriers par numéro. Jusqu’en 1969, c’est Marraine, figure tutélaire du journal depuis son premier numéro en 1921, qui répond aux sollicitations des lectrices, avant de laisser brusquement la place à Régine, qui tient son poste jusqu’à la disparition complète du journal.

Rubrique « Voilà le facteur », Lisette, 21 novembre 1948

Pourquoi écrit-on à Lisette ?

Ce classement des courriers, pour tout insatisfaisant qu’il soit, permet de faire ressortir un certain nombre d’éléments, et notamment les thématiques les plus abordées. Je fournis ici un essai de classification générale, que j’ai par la suite subdivisé en sous-catégories, qui porte sur les années 1946-1950 du courrier des lectrices de Lisette :

J’ai fait le choix de séparer les conseils domestiques, touchant principalement à l’entretien de la maison, des demandes de conseils qui portent sur la cuisine ou les travaux d’aiguille, deux types d’activités qui disposent de leur rubrique autonome dans Lisette et auxquelles je souhaite donner une place particulière dans mon analyse. Si l’on additionne la part du courrier dédié aux conseils domestiques, celles portant sur les travaux d’aiguille et la cuisine, et celle portant sur la beauté, l’hygiène et le soin, on a environ 40% du courrier qui porte sur des questions liées à l’entretien du corps et du domicile au quotidien, tâches traditionnellement associées au féminin.
Une part non négligeable des lettres expriment des inquiétudes sur la maîtrise de soi, et plus généralement sur le fait de bien se comporter et bien agir. En comptant les très nombreuses questions qui s’enquièrent de comment se corriger d’un défaut (qualifié comme tel par la lectrice) et les 7% de courriers qui s’interrogent sur les usages et conventions sociales (qui doit se servir en premier à table, à quel âge peut-on porter des bas, etc.), on obtient près du quart des courriers publiés dans Lisette quêtant des conseils à propos de la gestion de son comportement en société.
Les deux tiers des courriers sont donc consacrés à se rendre meilleure : plus humble, plus à l’écoute, plus efficace, plus polie, en meilleure santé. Le reste des courriers concerne l’avenir et l’orientation professionnelle des fillettes, catégorie de courriers appelée à se développer pendant la décennie suivante, le journal lui-même, les animaux domestiques, et tout un ensemble de questions d’ordre encyclopédique, où Marraine est appelée à expliquer l’origine d’un prénom, qui était M. Parmentier, d’où vient la tomate et qu’a fait Charles Martel.
En soumettant mon corpus à un outil de text-mining afin d’en faire ressortir les mots les plus récurrents, on voit se dessiner les contours de la principale mission du courrier de Lisette : constituer un guide donnant les clés aux fillettes pour remplir au mieux leur rôle social présent et à venir, en répondant à l’obsédant « comment » omniprésent dans les lettres. Les petites filles se demandent comment « faire », comment « nettoyer », avec intensité, comme le signale l’emploi du verbe « voudrais » et de l’adverbe « beaucoup ». Les figures féminines sont bien présentes, avec au premier rang de toutes « maman », qu’il s’agir de seconder au mieux grâce aux conseils fournis par Marraine, « figure sociale de la mère biologique […], chargée de transmettre les biens féminins » [Verdier, 1980]. C’est un véritable enjeu d’apprentissage de savoir-faire et de savoir-être que l’on retrouve dans ce courrier des lectrices, qui est une variation des leçons de morale contenues dans les éditoriaux du journal, pendant une période publié sur la même page au début de l’hebdomadaire. Ceux-ci, intitulés « Entre nous » ou « Causette », ont souvent recours à une forme dialogique, en mettant en scène les débats de Marraine avec une de ses petites filleules, toutes lectrices de Lisette, et qui consistent le plus souvent à remettre celles-ci dans le droit chemin après une étourderie ou à corriger un de leurs défauts. Le courrier constitue également un échange entre une fillette et Marraine, le dialogue étant une forme courante depuis la fin du XIXe siècle dans les manuels d’enseignement ménager, et réputée pour ses vertus pédagogiques [Lebeaume, 2014].

Nuage de mots clés réalisé à partir de l’ensemble des 1600 courriers du corpus, grâce à l’outil Voyant Tools.

Ce classement des courriers, bien que permettant de débuter l’analyse du corpus, n’est satisfaisant qu’à condition d’interroger les modalités de cette catégorisation et d’insérer cette étude dans le cadre d’une analyse globale du contenu de Lisette, afin de pallier la pauvreté apparente du matériau de base en l’articulant à la politique rédactionnelle globale du journal.

Comment trier et classer ces courriers ?

Classer, trier et catégoriser ces courriers s’est avéré plus compliqué que ce que j’escomptais, et m’a permis de me poser un certain nombre de questions qui se sont par la suite révélées fécondes pour l’analyse. Au vu du peu d’éléments fournis par mon matériau, le plus simple et le plus évident m’a semblé de classer les courriers en fonction des thématiques abordées par les fillettes. Cependant, je rencontrais des difficultés inattendues à catégoriser certaines missives, réduites en début de période à une simple phrase, dont la reformulation et la découpe préalable ne faisait pas de doute. Les réponses apportées par Marraine, si elles permettent parfois de trancher sur le contenu du courrier original, peuvent au contraire apporter leur lot de questions.

Par exemple, comment catégoriser le courrier « Mes compagnes se moquent de moi, parce que je suis trop grosse » envoyé par Monique B., de Paris, et publié dans le Lisette du 8 juin 1947 ? Si un regard contemporain et un peu hâtif aurait tendance à le classer dans la rubrique « conseils relationnels », et la sous-rubrique « amies », la réponse de Marraine laisse planer le doute : certes, elle rappelle que ne pas être maigre est plutôt un signe de bonne santé, discours qui s’explique en cette après guerre où la bonne alimentation des enfants est une gageure et un enjeu de santé publique, mais elle ajoute sans transition : « Évitez de manger trop de pâtisseries et de sucreries. Faites de la culture physique, sans toutefois vous fatiguer. LISETTE a donné d’excellents mouvements ». Faudrait-il davantage classer le courrier dans « beauté, santé et hygiène » ? De même, lorsque Maryse, de Boulogne, écrit « Dès que l’on me gronde, je ne puis m’empêcher de pleurer, ce qui énerve mes parents » (4 novembre 1951), il est difficile de discerner quel est le problème discuté – une réaction disproportionnée des parents ? de l’enfant ? Les bêtises à l’origine de la réaction parentale ? De manière générale, Marraine répond à l’ensemble des questions comme si l’enjeu des courriers était toujours pour les fillettes de demander de l’aide pour se corriger de ses défauts, et non de quêter du réconfort.
La catégorie « demande de conseils » – « défauts » est d’ailleurs surreprésenté dans le corpus ; la formule qui revient le plus est « comment me corriger ? », fruit d’une évidente reformulation. Cet angle d’attaque quasi-unique moralisateur des réponses de Marraine est fréquent dans la presse féminine de l’époque puisque Claire Blandin relève une même sévérité et une manière similaire de renvoyer la responsabilité de la situation décrite sur l’émettrice du courrier dans le courrier du cœur dans Elle de 1964 à 1974 [Blandin, 2017].
Ce constat, fécond pour l’analyse, constitue de fait un élément à prendre en compte lors de la classification des courriers.

Un matériau aride

Par ailleurs, l’absence d’accès aux archives interdit l’exploitation de bon nombre de données : la nature et l’aspect du support bien entendu, mais également la graphie, la mise en page, les fautes d’orthographe, et même les formulations d’origine. Les politiques de publication impliquent en effet couramment des altérations du courrier, qu’il s’agisse de coupes dans Télérama, le Nouvel Observateur ou Marianne (Hubé, 2008) ou d’ajouts narratifs (de baisers par exemple!) dans le courrier pornographique d’Union (Damian-Gaillard, 2012).
Les seules informations complémentaires au texte dont nous disposons portent donc sur l’identité de l’émettrice, et leur présence est extrêmement aléatoire avant la Seconde Guerre mondiale, ce qui explique que mon corpus exploratoire porte sur la période 48-70. Auparavant, il est fréquent que les questions ne soient pas explicitement formulées, avec publication de la seule réponse ; de plus, les lectrices sont périodiquement désignées par le pseudonyme qu’elle se sont choisi, et qui ne se prête pas au même type d’analyse que les prénoms.
Après 1948, nous disposons du prénom et de la ville de l’émettrice, assortis parfois des informations qu’elle mentionne dans le corps du texte – principalement son âge, et sa place dans la fratrie.
Ces éléments m’ont notamment permis, en me fondant sur les travaux de sociologie des prénoms – notamment ceux de Baptiste Coulmont – d’étudier la classe sociale du lectorat de Lisette (plutôt issu d’après mes premiers résultats de classes populaires et moyennes), mais aussi d’établir des cartographies afin de déterminer leur origine géographique.
La réalisation de ce travail sur la réception d’un journal disparu peut donc fournir des données exploitables dans le cadre d’une analyse, mais ne doit pas faire perdre de vue l’objet alors réellement étudié : moins qu’une communauté de lectrices, un miroir renvoyant l’image de la Lisette idéale.

Courrier reformulé, réécrit, ou inventé ?

Un aspect troublant de ce corpus est bien entendu le manque de fiabilité du matériau d’origine : non seulement les pratiques de reformulation et de réécriture sont incontournables dans les choix rédactionnels des périodiques, mais une partie des journaux propose une correspondance totalement fictive, ce qu’Evelyne Sullerot soulignait déjà dans La Presse féminine en 1963.
Cela peut-être le cas de Lisette, totalement ou partiellement, du moins sur une partie de la période. Quelques indices permettent de le penser, même en prenant en compte une éventuelle homogénéisation a posteriori du courrier par la reprise fréquente de formules, comme le fameux « comment me corriger ? » ou « est-ce un gros défaut ? ».
Ainsi, Yvette de Juvisy demande-t-elle le 30 décembre 1951 : « Comment enlever les taches de mouches sur les cadres dorés ?« , suivie par Claudine de Romilly qui s’enquiert : « Comment enlever des taches de mouches sur un meuble ciré ? » (24 février 1952), Maryse du Havre qui s’interroge « Comment enlever les taches de mouche sur un objet en cuivre rouge ? » (4 octobre 1953) et Michèle d’Arras qui apporte une synthèse bienvenue : « Comment enlever les taches de mouches sur les cadres dorés et sur les objets en cuivre ? » (2 octobre 1955). De tels exemples sont légion, jusqu’à parfois témoigner de la publication à quelques années d’intervalle de courriers formulés exactement de la même manière, au mot près, mais attribués à des fillettes différentes. Ces ressemblances sont d’autant plus frappantes que, même en postulant des centres d’intérêt et des préoccupations homogènes parmi les fillettes, on pourrait s’attendre à ce que les dizaines de milliers de lectrices de Lisette fournissent un nombre suffisant de lettres pour pouvoir davantage varier le contenu des courriers publiés. Après guerre, le courrier se caractérise pourtant par une certaine pauvreté, avec des thématiques très peu variées et des courriers qui présentent donc une ressemblance troublante.

Cependant, le courrier des lectrices de Lisette n’en reste pas moins un objet d’étude pertinent, quel que soit la fiabilité du matériau de base de la publication. En effet, les lettres publiés dans des périodiques ne permettent pas de connaître la réception réelle d’un journal, mais uniquement celle construite par une série de choix rédactionnels qui donnent à voir un public idéal, en accord avec les normes et les valeurs portées par leur journal ou permettant leur mise en exergue.
Dans les périodiques pour petites filles qui constituent mon corpus, la sélection des courriers commencent même en amont de leur publication, puisque selon les journaux et les périodes seules les abonnées peuvent correspondre et bénéficier d’une réponse, et il faut en général fournir un « bon courrier » à découper dans un numéro de Lisette pour pouvoir espérer une réponse. Théoriquement, cela signifie donc qu’une seule lectrice par magazine désireuse d’écrire pouvait le faire, ce qui est problématique pour des journaux qui circulaient beaucoup au sein des fratries ou des cercles d’amies. La sélection la plus importante est bien entendu celle qui préside à la publication, puisque seuls quelques courriers, jugés d’intérêt public, reçoivent une réponse dans le journal ; les autres auront une réponse directe de Marraine par courrier, si elles ont bien pensé à fournir un timbre à cette fin.

Quel que soit le statut de cet objet, le courrier des lecteurs fournit donc des données précieuses pour connaître le public que le journal souhaite mettre en avant et qui lui permet le mieux d’afficher sa ligne éditoriale et ses thématiques de prédilection.

Pour aller plus loin
– Blandin, Claire. « Le courrier du cœur, chronique indiscrète ». Sigila N° 39, no 1 (2017): 51‑61.
– Damian-Gaillard, Béatrice. « Le courrier des lecteurs et des lectrices d’Union : scripts culturels de l’amour sexuel ». Le Temps des medias n° 19, no 2 (27 novembre 2012): 130‑44.
– Doury, Marianne. « “Un cimetière et des avions” : argumentation et valeurs dans le courrier des lecteurs d’un journal local ». Argumentation et analyse du discours, no 5 (20 octobre 2010). https://doi.org/10.4000/aad.1003.
– Fourment, Alain. Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants, 1768-1988. Collection « La Mémoire des marbres ». Paris: Editions Eole, 1987.
– Hubé, Nicolas. « Le courrier des lecteurs. Une parole journalistique profane ? » Mots. Les langages du politique, no 87 (21 juillet 2008): 99‑112. https://doi.org/10.4000/mots.12572.
– Lebeaume, Joël. L’ enseignement ménager en France: sciences et techniques au féminin  ; 1880 – 1980. Collection « Histoire ». Rennes : Presses Univ. de Rennes, 2014.
– Penloup, Marie-Claude. « De quelques propriétés d’une pratique de lecture extrascolaire : le courrier des lecteurs du journal Astrapi ». Repères 23, no 1 (2001): 75‑91. https://doi.org/10.3406/reper.2001.2358.
– Rauch, André. « Des bancs de l’école au courrier du cœur ». Vingtième Siècle. Revue d’histoire n° 98, no 2 (14 avril 2008): 71‑88.
– Sellier, Geneviève. « La réception des films de la Nouvelle Vague dans le courrier des lecteurs de Cinémonde : Une trace de cinéphilie féminine dans la France de 1960 ». Communication, no Vol. 32/1 (29 novembre 2013). https://doi.org/10.4000/communication.4951.
– Sullerot, Evelyne. La presse féminine. Armand Colin, 1963.
– Verdier, Yvonne. «Le Petit Chaperon rouge dans la tradition orale», Le Débat, n°3, juillet-août 1980.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.