De Fillette à Fillette-Jeune Fille

Le premier numéro de l’hebdomadaire Fillette paraît le 21 octobre 1909. Il sort des presses des frères Offenstadt, issus d’une famille d’immigrants juifs allemands à Paris, qui ont fondé leur maison d’édition en 1899. Avant de publier leur premier périodique pour petites filles, ils s’essaient à la publication de revues et de romans comiques, à l’humour potache, parfois grivois et teintés d’anarchisme. Participant à la vague de création de nouveaux journaux enfantins du début du XXe siècle, liée à la baisse des coûts de revient dans l’imprimerie, la société Offenstadt Frères publie d’abord L’Illustré en 1904, puis l’Epatant en 1908.

Cette première décennie de publications de la société Offenstadt Frères est invoquée a posteriori pour justifier de la mauvaise réputation dont Fillette souffre dès sa création en 1909. Reprenant une maquette proche de celle de sa prédécesseure La Semaine de Suzette, la nouvelle venue en propose néanmoins une version beaucoup plus économique et donc davantage accessible aux classes populaires, avec le numéro à 5 centimes, contre 10 centimes pour sa concurrente plus bourgeoise. Comme son grand frère L’Épatant avec les Pieds-Nickelés, Fillette met l’accent sur le divertissement à travers ses seize pages, dont quatre en couleurs, et le personnage de l’espiègle Lili. Les frères continuent sur leur lancée en lançant L’Intrépide en 1910, puis Cri-Cri en 1911.

Le succès est immédiat dans ce paysage éditorial où La Semaine de Suzette constitue la seule alternative, à tel point que le journal devient bihebdomadaire de 1912 à 1914. Pour autant, le périodique garde ses détracteurs, qui mêlent attaques antisémites et accusations de corruption de la jeunesse, en référence aux premiers périodiques grivois publiés par les frères Offenstadt.

La Vie au patronage : organe catholique des œuvres de jeunesse, 15 janvier 1924

La revue La Vie au patronage condamne ainsi en bloc l’ensemble des périodiques édités par les frères Offenstadt, non pour leur contenu proprement dit, mais parce qu’ils proviendraient d’une « officine pornographique ». Le célèbre abbé Bethléem n’est pas en reste, et mène toute sa vie durant une véritable campagne contre les frères, notamment dans la Revue des lectures, où il s’insurgera le 15 mars 1933 de la pérennité de cette « entreprise ordurière qui échappe à la crise ».

Soupçonnés d’espionnage pour le compte du IIIe Reich pendant la Première Guerre mondiale, les frères Offenstadt font figurer dès le début du conflit la mention « Maison française » sur leurs publications. Leur patronyme à consonance germanique reste lourdement handicapant, et malgré leurs tentatives d’insérer du contenu patriotique dans les pages de leurs périodiques, ils préfèrent au sortir de la guerre opter pour le nom « Société Parisienne d’Edition » (SPE). C’est sous cette appellation qu’ils continuent de multiplier les titres pour la jeunesse dans l’entre-deux guerres, avec un fort accent mis sur la bande dessinée et le divertissement en général, pour pouvoir concurrencer le Journal de Mickey arrivé avec fracas et succès dans le paysage de l’édition française en 1934.

La famille Offenstadt est victime pendant la Seconde Guerre mondiale de la politique de spoliation et d’aryanisation orchestrée par le Commissariat général aux questions juives. L’un des frères meurt en 1943, l’autre à Drancy en 1944. Leurs héritiers récupèrent la société en 1946, avant d’affronter les difficultés apportées par la loi de moralisation de la presse de 1949, qui sera l’objet d’un prochain billet.

Fillette peine ainsi à récupérer ses tirages d’avant-guerre, et souffre de la concurrence de Lisette, qui se maintient bien au dessus de la plupart des périodiques pour petites filles (200000 exemplaires tirés par semaine contre 106000 pour Fillette en 1947). L’hebdomadaire déploie pourtant des efforts conséquents pour se moderniser et correspondre aux intérêts du moment d’une classe d’âge en pleine expansion dans l’après guerre, l’adolescence. Le 27 décembre 1956, la rédaction du journal change de formule et prend le titre de Fillette-Jeune Fille, se tournant ainsi explicitement vers la tranche la plus âgée de son lectorat. Il s’agit là d’une tentative d’adaptation dans une période qui valorise davantage les « grands magazines s’adressant à la fois aux filles et aux garçons », comme l’écrira la rédaction de La Semaine de Suzette dans son ultime numéro, le 25 août 1960. L’hebdomadaire s’insère massivement dans les codes de la culture jeune, tout en gardant une maquette et des rubriques typiques de la presse illustrée fillette de la première moitié du XXe siècle.

Fillette-Jeune Fille confirme ainsi une orientation prise de longue date, en se faisant un relais privilégié de la culture fan de la fin des années 1950 et du début des années 1960. Face à un monde de la musique en ébullition qui amène en 1962 à la création du mensuel Salut les copains ! par Daniel Filipacchi, qui compte 56% de lectrices, Fillette prend le parti de consacrer une grande partie de son rédactionnel aux vedettes de la chanson, mais aussi du cinéma. Contrairement à Bernadette, qui affirme qu’il ne sera jamais question de stars dans ses pages, Fillette-Jeune Fille a toujours été tournée vers ce type de thématiques, et a même créé en 1935 le Club Shirley Temple, auquel elle conviait toutes ses lectrices qui aiment la jeune actrice, qui sont souriantes, sages, et ont plus de six ans. En novembre 1936, l’hebdomadaire avait même pris pour quelques mois le sous-titre de Journal de Shirley. C’est donc une longue tradition que ce journal perpétue sans difficulté dans l’après-guerre, tout en misant également sur un autre aspect à présent incontournable pour un périodique souhaitant s’attirer un lectorat fourni : l’interactivité du média avec ses lecteurs. Fillette propose un nombre particulièrement élevé de rubriques dédiées à ses lectrices, allant de l’analyse graphologique sur demande de leur signature à leur horoscope en passant par leur avis critique sur le journal, dans l’encart « Lavons notre linge sale en famille« . Comme ses concurrentes, elle tente aussi d’ouvrir son journal à des sujets d’actualité, en proposant des contenus autour de la cohabitation filles/garçons dans un contexte de généralisation de la mixité scolaire.

Alors que s’effondrent les derniers illustrés pour petites filles du XXe siècle, disparition présentée par les acteurs du secteur comme inexorable, Fillette-Jeune Fille devient en 1964 Paul et Mic, un mensuel pour adolescents qui se présente comme mixte et ne compte que douze numéros. C’est un échec, et le périodique laisse place en 1965 au plus pérenne Quinze ans qui paraît jusqu’en 1974. Fillette survit ainsi à la Semaine de Suzette, mais disparaît avant Bernadette (devenu Nade) et Lisette, malgré ses nombreuses tentatives d’adaptation.

Pour aller plus loin
– Fourment, Alain. Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants, 1768-1988. Collection « La Mémoire des marbres ». Paris: Editions Eole, 1987.
– Perrin, Raymond. Fictions et journaux pour la jeunesse au XXe siècle. Paris: Harmattan, 2014.
– Sohn, Anne-Marie. Âge tendre et tête de bois histoire des jeunes des années 1960. Paris: Fayard, 2012.
– Mollier, Jean-Yves. La mise au pas des écrivains: l’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle. Paris: Fayard, 2014.
– Vergnioux, Alain, et Jean-Marc Lemonnier. « Les adolescents des années soixante : salut les copains ! » Le Télémaque n° 38, no 2 (2010): 87‑100.
– Le très bon site http://www.bd-nostalgie.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.