Lisette, journal des petites filles

Lisette, sous-titré journal des petites filles, est l’hebdomadaire pour fillettes édité par la société du « Petit Echo de la Mode », éditrice du journal éponyme. Fondée par Charles Huon de Penanster, qui lance Le Petit Echo de la mode en 1880, la maison d’édition assoit une solide réputation sur le succès de son premier né, destiné à un lectorat de femmes au foyer, autour d’une idéologie proche du catholicisme social. C’est l’insertion en 1893 d’un patron gratuit dans l’hebdomadaire qui propulse ses ventes, avec un tirage à 300 000 exemplaires dès 1900. Forte de ce succès, la société du Petit Echo de la Mode lance plusieurs périodiques pour enfants, et notamment un pour les petites filles, dans l’optique de mettre en place ce que l’on appellera plus tard une politique de chaînage avec leur hebdomadaire pour femmes adultes. C’est ainsi que le premier numéro de Lisette, journal des petites filles, paraît le 17 juillet 1921, avant son petit frère Pierrot, journal des garçons (1925-1957). Proposant de nombreuses fictions illustrées et des rubriques de formation au futur rôle de mère des fillettes, Lisette connaît un grand succès, et atteint avant guerre des tirages de 200000 exemplaires hebdomadaires.

La société anonyme du Petit Echo de la Mode change de nom pendant l’Occupation pour devenir les Editions de Montsouris, en référence à l’emplacement de leur siège social sis depuis le début du siècle au 5 rue Gazan, à côté du Parc Montsouris à Paris. En 1942, Lisette cessera de paraître, et ne recommencera à paraître qu’à l’été 1946.

En 1964, la vie du journal connaît un nouveau bouleversement en fusionnant sa rédaction avec celle de Bernadette, éditée par la Maison de la Bonne Presse, et qui prend alors le nom de Nade. Les deux périodiques enfantins proposent à partir de cette date un contenu fictionnel identique, mais des rubriques rédactionnelles pour certaines différentes, Nade gardant des pages consacrées au christianisme là où Lisette favorise des espaces de sociabilité entre lectrices.

Les éditions de Montsouris sont confrontées à de graves difficultés dans les années 1960, notamment du fait de l’arrivée de la publicité à la télévision en 1968, qui provoque la perte d’une partie des annonceurs de ses journaux. Pierre Beytout, directeur des éditions depuis 1965, prend la décision de vendre les trois principaux journaux de son groupe en 1970 aux Editions Dargaud. L’Écho de la mode, Rustica et Mon ouvrage Madame quittent ainsi le giron des éditions de Montsouris, qui ne gardent que deux périodiques, Laine et aiguilles et Lisette, toujours coédité avec La Maison de la Bonne Presse devenue en 1969 Bayard Presse. Suite à un grand sondage mené auprès de ses lectrices pour mieux s’adapter à leurs nouvelles exigences et remédier à la chute vertigineuse de ses tirages (120 000 en 1970 !), Lisette change de formule et devient Lisette Télé-Jeune, le magazine des 15 ans. Comme certaines de ses concurrentes ont déjà tenté de le faire, Lisette vise à présent un public plus âgé, et met l’accent sur la culture médiatique pour revivifier l’intérêt de ses lectrices.

La tentative est de courte durée ; Lisette Télé-Jeune ne paraît que d’octobre 1971 à mai 1973, date à laquelle le journal est cédé à la Société française de presse illustrée (SFPI), du groupe Chapelle. Il est alors fusionné avec un jeune périodique, Mlle Caroline, créé en 1970. Naît de cette union l’éphémère Lisette et Caroline, qui ne dure que trente-quatre numéros jusqu’à la disparition complète du journal en 1974.

Lisette est ainsi un journal qui a connu une longévité exceptionnelle, de 1921 à 1974 avec seulement quatre ans d’interruption pendant la guerre. Il est également le dernier survivant des quatre grands périodiques féminins enfantins du XXe siècle, Fillette, Bernadette et La Semaine de Suzette ayant tous trois déjà disparus.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.